Svalbard (Norvège). Les bricoleurs bretons du Grand Nord

Dans le village le plus au nord du monde, les Français sont chez eux. Les logisticiens bretons de l’Institut polaire font partie du paysage du Svalbard norvégien. Leur travail est essentiel pour le développement de la recherche. Rencontre sur un terrain glacé.

Que cherchent les Français au Pôle Nord ?

Le Svalbard est régi par un Traité international datant de 1920 qui autorise toute personne ou société d’un pays adhérent à s’y établir. Des chercheurs de treize nationalités sont habitués de Ny Alesund. Ils utilisent des installations spécifiques comme les Français, ou mises à disposition par la Kings Bay, société norvégienne qui assure la gestion globale du village. L’Ipev a deux installations: à Ny Alesund, la base Charles Rabot (ateliers, laboratoires, logements) et à six kilomètres, la base Jean Corbel. En 2003, l’Alfred Wegener Institut(Awi) allemand et l’Ipev ont décidé de mettre en commun leurs moyens pour créer une base de recherche commune: Awipev. L’Ipev a deux installations: à Ny Alesund, la base Charles Rabot (ateliers, laboratoires, logements) et à six kilomètres, la base Jean Corbel. En 2003, l’Alfred Wegener Institut(Awi) allemand et l’Ipev ont décidé de mettre en commun leurs moyens pour créer une base de recherche commune: Awipev. Ce début mai, des chercheurs français sont impliqués dans deux programmes en cours sur la base. Ils sont reliés avec les problématiques sur l’évolution du climat, les pollutions, qui font l’actualité. Jean-Pierre Gattuso est le coordinateur du programme Epoca de recherche sur l’acidification des océans. Le processus est lié à la production de CO2 par l’activité humaine.




L’océan absorbe une bonne partie de ces gaz à effet de serre. Mais la dissolution du gaz carbonique dans l’eau de mer aboutit à une acidification. Le chercheur explique qu’il y a des répercussions sur le développement des coquillages et, à terme, des conséquences économiques. ?? Ny Alesund, il utilise les services d’une équipe de plongeurs de l’Awipev: trois Allemands et le Breton Nicolas Le Viavant. Ils plongent sous la banquise pour collecter des coquillages et autres petits crustacés qui seront étudiés dans les laboratoires qui surplombent le fjord. Ce «Marine Lab», bâtiment neuf, a été construit par la Kings Bay, société privée qui gère Ny Alesund. «Tous les labos en France n’ont pas des équipements de cette qualité», dit, admiratif, Jean-Pierre Gattuso.

Ronan Larvor, Le Télégramme.com, 17 May 2009. Article.

0 Responses to “Svalbard (Norvège). Les bricoleurs bretons du Grand Nord”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply




Subscribe to the RSS feed

Follow AnneMarin on Twitter

Blog Stats

  • 1,410,448 hits

OA-ICC HIGHLIGHTS

Ocean acidification in the IPCC AR5 WG II

OUP book


%d bloggers like this: