Océans polaires : là où les océans s’acidifient le plus sur Terre (in French)

Pour les 20 ans de Futura, plusieurs personnalités qui nous soutiennent proposent un éditorial, en l’occurrence divers articles sur des thèmes précis. Cette semaine, nous avons l’honneur de recevoir Heïdi Sevestre qui est glaciologue. Durant une journée thématique, nous vous proposons des sujets exclusifs choisis par cette glaciologue et qui agitent la communauté des spécialistes du climat et des biologistes !

Futura fête ses 20 ans

Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz à effet de serre dont les émissions d’origine anthropique augmentent drastiquement depuis le milieu du XXe siècle. D’après les mesures effectuées par la National Oceanic and Atmospheric Administration (Noaa), sa concentration dans l’atmosphère est ainsi passée de 280 ppm (parties par million) avant l’ère industrielle à presque 420 ppm aujourd’hui. Ce gaz est émis dans l’atmosphère à la suite de la consommation des énergies fossiles utilisées pour le transport et la production d’électricité, par l’industrie du ciment, l’agriculture et la déforestation, pour ne citer que les exemples les plus évidents. Le CO2 demeure, en outre, sous cette forme gazeuse durant plusieurs années après son émission et piège de plus en plus de quantité de chaleur terrestre qui, sans cela, se serait échappée dans l’espace.

Les océans, un puits de carbone

Une fois émis, le CO2 atmosphérique ne demeure pourtant pas uniquement dans l’atmosphère, 25 à 30 % sont en effet absorbés par les océans du monde. Grâce à ces puits de carbone océaniques, l’impact du CO2 atmosphérique sur le réchauffement de l’atmosphère est tamponné, ce qui a permis à l’Homme d’ouvrir tardivement les yeux sur l’impact de ses activités quant au climat. Cependant, au fur et à mesure que les eaux, et particulièrement celles des océans polaires, absorbent le CO2 atmosphérique, leur composition chimique se modifie. Lorsqu’une molécule de CO2 séquestrée dans l’océan rencontre une molécule d’H2O, elle forme en effet une molécule d’acide carbonique H2CO3. Or, cette dernière molécule est instable et se dissocie rapidement en un ion bicarbonate HCO3- et… un ion hydrogène H+, dont la concentration est positivement corrélée à l’acidité d’une solution.

Impact du CO2 sur la chimie et l'acidification des océans. © Fanny Noisette, Thèse de doctorat. Université Pierre et Marie Curie-Paris VI
Impact du CO2 sur la chimie et l’acidification des océans. © Fanny Noisette, Thèse de doctorat. Université Pierre et Marie Curie-Paris VI 

Lorsque du CO2 se dissout donc dans l’océan, celui-ci s’acidifie. Le pH de l’eau de mer, qui est actuellement et globalement de 8,1, a ainsi diminué de 0,1 depuis le milieu du XIXe siècle et des modèles prédisent qu’il aura encore diminué de 0,3 en 2100.

La vulnérabilité des océans polaires

Or, plus une eau est froide, plus un gaz y est soluble, ce qui implique que le CO2 atmosphérique est plus facilement incorporé dans les eaux polaires qu’à l’Équateur. Selon une étude de 2020, l’océan Austral capture en effet environ 40 % du CO2 atmosphérique rejeté par les activités humaines qui est absorbé par l’océan mondial.

L’acidification océanique perturbe la biologie de nombreux organismes marins. En effet, une partie des ions hydrogène H+ libérés lors de la dissolution du CO2 dans les océans se lie à des ions carbonate CO32- présents dans le milieu, formant ainsi des ions bicarbonate HCO3-. Cette réaction a pour effet de diminuer la disponibilité du CO32- dans l’eau de mer. Or, cet ion est utilisé avec le calcium (formant ainsi du CaCO3) par les organismes qui calcifient afin de produire leurs coquille et squelette. Selon des modèles prédictifs, l’océan Austral pourrait être sous-saturé en aragonite et en calcite, qui sont les formes les plus courantes du CaCO3, en 2050 et 2095, respectivement. Parmi les organismes déjà affectés par cette acidification se trouvent notamment les ptéropodes (mollusques gastéropodes), dont la coquille se dissout à la suite d’une diminution de pH, des foraminifères (protozoaires) chez lesquels la quantité de calcification est réduite et des palourdes et des oursins dont les larves se développent plus lentement.

L'acidification de l'océan Austral affecte différemment plusieurs groupes d'organismes marins. © Figuerola et al., 2021
L’acidification de l’océan Austral affecte différemment plusieurs groupes d’organismes marins. © Figuerola et al., 2021 

De façon plus générale, il a été établi que l’acidification de l’océan Austral diminuait la survie des mollusques de 34 % et la calcification des coraux de 32 % par exemple. Ces données sont cependant à nuancer car certains groupes d’organismes pourront plus facilement s’acclimater à une diminution de pH que d’autres, notamment s’ils utilisent de la calcite et de l’aragonite, s’ils ont un temps de génération court ou s’ils peuvent réguler le pH interne des fluides qui leur servent à calcifier, comme c’est le cas de certains coraux.

Futura Planète, 27 October 2021. Full article.


  • Reset

Subscribe

OA-ICC Highlights


%d bloggers like this: