Chercheur sur les réponses écophysiologiques des bivalves marins aux changements globaux (H/F) (French)

Lieu de travail Argenton – Bretagne – France

Champ: scientifique

Principal: Biologie

Date: limite de candidature  07/02/2021

Fonction: Recherche et Développement

Employeur

L’Ifremer

Reconnu dans le monde entier comme l’un des tout premiers instituts en sciences et technologies marines, l’Ifremer s’inscrit dans une double perspective de développement durable et de science ouverte. Il mène des recherches, innove, produit des expertises pour protéger et restaurer l’océan, exploiter ses ressources de manière responsable, et partager les connaissances et les données marines afin de créer de nouvelles opportunités pour une croissance économique respectueuse du milieu marin.

Présents sur toutes les façades maritimes de l’hexagone et des outremers, ses laboratoires sont implantés sur une vingtaine de sites dans les trois grands océans : l’océan Indien, l’Atlantique et le Pacifique. Pour le compte de l’Etat, il opère la Flotte océanographique française au bénéfice de la communauté scientifique nationale. Il conçoit ses propres engins et équipements de pointe pour explorer et observer l’océan, du littoral au grand large et des abysses à l’interface avec l’atmosphère.

Ouverts sur la communauté scientifique internationale, ses 1500 chercheurs, ingénieurs et techniciens font progresser les connaissances sur l’une des dernières frontières inexplorées de notre planète ; ils contribuent à éclairer les politiques publiques et à l’innovation pour une économie bleue durable. Leur mission consiste aussi à sensibiliser le grand public aux enjeux maritimes.

Fondé en 1984, l’Ifremer est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), dont le budget avoisine 240 millions d’Euros. Il est placé sous la tutelle conjointe des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), de la Transition écologique et solidaire (MTES), de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA).

Site web:

https://wwz.ifremer.fr/

Poste et missions

Description de l’offre:

Au sein de l’Ifremer, l’unité Physiologie Fonctionnelle des Organismes Marins (PFOM) axe ses travaux de recherche sur une connaissance approfondie des grandes fonctions physiologiques (e.g. alimentation, croissance, reproduction) des animaux marins exploités (bivalves, poissons), et sur l’impact des changements environnementaux sur ces fonctions. L’unité PFOM fait partie de l’UMR 6539 LEMAR (Laboratoire des sciences de l’Environnement MARin CNRS/UBO/IRD/Ifremer) qui regroupe 150 chercheurs et techniciens écologistes, biologistes, biogéochimistes, chimistes, physiciens et juristes de l’environnement marin dans le but de comprendre et modéliser les écosystèmes marins, de définir les caractéristiques des organismes et de leur milieu de vie, et de préciser leurs interactions.

Parmi les plateformes dont dispose l’UMR, le site expérimental Ifremer d’Argenton permet d’expérimenter de manière écologiquement réaliste tout en simplifiant la complexité du milieu naturel et en contrôlant les variable environnementales clé comme la température, le pH, … Il est possible d’y étudier les stades précoces, les juvéniles ou les adultes, dans des structures d’élevage modulables alimentées en eau de mer en continue et enrichie en phytoplancton vivant.

https://www-iuem.univ-brest.fr/lemar/

https://www-iuem.univ-brest.fr/lemar/recherche/equipe-panorama/

https://www-iuem.univ-brest.fr/lemar/les-poles/site-experimental-dargenton/

Placé(e) au sein de l’unité PFOM sous la responsabilité du responsable du Laboratoire de Physiologie des Invertébrés (PI) et dans le contexte scientifique de l’UMR LEMAR, le (la) candidat(e) combine  expérimentation et modélisation bioénergétique pour étudier l’adaptation et la plasticité phénotypique des bivalves aux changements climatiques et à l’anthropisation des écosystèmes.

Missions principales

Le (la) candidat(e) met en œuvre des expériences d’exposition à plusieurs facteurs de stress dans le contexte du changement climatique et mesure les paramètres bioénergétiques des organismes (respiration, filtration, assimilation, excrétion, développement gonadique) afin d’évaluer leur potentiel de croissance et d’intégrer ces variables dans une approche de modélisation de type DEB.

Le (la) candidat(e) analyse les résultats obtenus à l’aide d’outils statistiques et procède à leur publication dans des revues de rang A. Le (la) candidat(e) participe à l’écriture et au montage de projet de recherche et à la vie du laboratoire.

Activités principales

  • Développer des recherches
    • sur les effets du changement climatique et de l’anthropisation des écosystèmes sur l’évolution des organismes marins,
    • l’impact de l’élévation de la température, l’acidification des océans, la modification de la productivité primaire, l’occurrence croissante de crises dystrophiques, d’efflorescences de phytoplancton toxique, d’épizooties et de contaminants (micro- et nano-plastique, contaminants émergents) sur la réponse physiologique des organismes marins,
    • les réponses écophysiologiques et le potentiel adaptatif des organismes marins à ces facteurs de stress en couplant expérimentation et modélisation bioénergétique.
  • Contribuer au développement de concepts, d’outils et d’expérimentations dans son domaine de recherche.
  • Proposer de nouveaux projets de recherche collaboratifs au sein des structures de recherche (UMR) et avec des laboratoires internationaux.
  • Analyser et interpréter les données
  • Valoriser les résultats (rédaction d’articles scientifiques, rapports et communications orales)
  • Prendre en charge l’encadrement de stagiaires, doctorants et post-doctorants.

Champs relationnel

  • En interne : interactions forte avec les scientifiques de l’UMR Lemar à Plouzané, Autres unités de recherche de l’Ifremer : Dyneco (Dynamique des écosystèmes côtiers), RMPF (Ressources Marines en Polynésie Française), SG2M (Santé Génétique et Microbiologie des Mollusques), IHPE (Interaction Hôtes Pathogènes Environnement), MARBEC (Biodiversité Marine, Exploitation et Conservation) , …
  • En externe : réseau français et internationale en écophysiologie.

Mobilité géographique:

Internationale

Profil

  • Doctorat en biologie/écologie marine ou autre domaine connexe + 3 ans d’expérience postdoctorale minimum.

Compétences mises en œuvre. Compétences techniques / métiers

  • Bioénergétique (potentiel de croissance et DEB)
  • Acquisition des données de respiration, filtration, assimilation, et excrétion.
  • Expérimentation animale
  • Modélisation DEB
  • Biostatistique et traitement de données numériques
  • Communication écrite/orale en français/anglais
  • Capacités rédactionnelles
  • Compétences en coordination de projet

Qualités personnelles

  • Esprit d’initiative, d’organisation et de synthèse,
  • Aptitude à l’encadrement et au travail en équipe, à l’animation
  • Excellentes qualités relationnelles

Conditions de travail

  • Missions régulières sur le site de Plouzané
  • Poste à plein temps
  • Embarquement/terrain
  • Travail de fin de semaine et jours fériés

More information.

0 Responses to “Chercheur sur les réponses écophysiologiques des bivalves marins aux changements globaux (H/F) (French)”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.




Subscribe to the RSS feed

Powered by FeedBurner

Follow AnneMarin on Twitter

Blog Stats

  • 1,441,651 hits

OA-ICC HIGHLIGHTS

Ocean acidification in the IPCC AR5 WG II

OUP book

Archives