Cure d’acidité dans l’océan (in French; audio)

C’est la première étape du projet européen de recherche sur l’acidificationn des océans. Les chercheurs sont partis travailler à 1200 kilomètres du pôle Nord.

L’Arctique n’a pas été choisi par hasard : les eaux froides absorbent les gaz plus rapidement que les eaux chaudes. L’océan réagit donc plus vite à l’augmentation du gaz carbonique dans l’atmosphère. Le rôle de l’océan est essentiel : il a avalé le tiers des émissions de CO2 depuis la révolution industrielle et les a stockées sous la forme de carbonate. Mais ce menu là commence à lasser les océans du monde. Trop de CO2 provoque une diminution du PH de l’eau et donc une acidification. PLus 30% en un siècle. Quel est l’impact sur les organismes marins. Le coordinateur du projet euopéen Jean Pierre Gattuso et son équipe ont déjà montré dans son labo de Villefrance sur mer que les mollusques avaient du mal à fabriquer leur coquille. En labo l’expérience consiste à immerger des individidus dans des aquariums. Dans chacun des bassin les scientifiques injectent du dioxyde carbone pour simuler la concentration attendue dans 50, 100, 150 ans. Ils ont observé que l’acidification réduisait de 50% la calcification des coraux. Le phénomène touche également des espèces commerciales comme les huitres et les moules : moins 15 à 25%. En mer, dans l’Arctique cette fois ci les chercheurs viennent d’ immerger 9 citernes hermétiques dans lesquelles ils injectent également du dioxyde carbone. Ce qui est surtout important c’est la vitesse à laquelle la concentration augmente. Certains organismes ne vivent que quelques jours , on peut imagner qu’ils s’adaptent …. que le patrimoine génétique de l’espèce intègre l’acidité de l’eau. Mais d’autres comme les coraux n’auront peut être pas le temps de réagir. En décembre dernier une équipe américaine a pubié les résultats d’un test sur 18 espèces différentes. Les crustacés tirent partie de l’accidification de l’eau : ils fabriquent leur carapace plus vite et atteignent même des tailles impressionnantes. Mais lorsqu’une espèce semble s’adapter c’est peut être au détriment d’autres fonctions : elle dépense plus dénergie pour fabriquer sa coquille ou sa carapace et elle manque pour construire sa défense immunitaire.

Nathalie Fontrel, france info, 27 June 2010. Audio.


  • Reset

Subscribe

OA-ICC Highlights


%d bloggers like this: